Le 21 au 23 octobre 2021 le centre d’artistes AXENÉO7 ouvrira ses portes pour Dream Room, par la Compagnie Katie Ward. Présentée dans le cadre de la biennale PERF (Ré)agir / (Re)act, Dream Room, fruit d’une recherche chorégraphique entre la Compagnie Katie Ward, dirigée par Katie Ward (Montréal, Québec) et le Beeldend Danstheatre Telder, dirigé par Paula Walta (Arnhem, Pays-Bas), a bénéficié d’une résidence d’une semaine au centre.

Représentations en galerie
(entrée libre, stationnement gratuit, bar payant):
21 oct. 2021 — 18 h
22 oct. 2021 — 18 h
23 oct. 2021 — 11 h et 14 h
Réservez ici

Si vous voulez regarder le spectacle en direct, voici les dates et les liens pour la webdiffusion:

21 octobre 2021 —18 h

22 octobre 2021 — 18 h

23 octobre 2021 — 11 h

23 octobre 2021 — 14 h

L’œuvre sera présentée de façon hybride en simultané aux Pays-Bas et à Gatineau (Québec), ainsi que virtuellement sur Youtube.

À propos du projet Dream Room

Interprétée par deux danseuses au Québec et deux danseuses aux Pays-Bas, Dream Room est une chorégraphie étrange, aux allures d’œuvre de science-fiction qui mêle texte parlé, musique, captation vidéo, projections et webdiffusion. Dans cette création offrant de multiples points de vue, Katie Ward et Paula Walta proposent de créer une « chambre des rêves », au-delà du temps et de l’espace, dans laquelle le public est invité à contempler et à imaginer.

Suivant la déclaration de la chercheuse philosophe féministe – Rosi Braidotti ” Le mythe de la femme est maintenant un terrain vague où différentes femmes peuvent jouer avec leur subjectivité “. Cette performance tisse ensemble les contributions personnelles et subjectives des membres de notre équipe. Chaque offre façonne l’assemblage de danse en constante évolution appelé Dream Room.

« Nous considérons le corps comme un lieu où les forces du monde sont ressenties. Lorsque nous prêtons attention à notre corps, nous pouvons ressentir la joie, la violence et l’émerveillement qu’il contient. Quand nous commençons à danser, nous fermons les yeux et ressentons ces forces. Nous dansons des images trouvées dans nos corps, comme des loups, la fatigue de la pression de la productivité, un coup de poing à l’estomac, etc. Nous rêvons les yeux ouverts, naviguant à travers une infinité de sens ressentis, accueillant le rire autant que la peur quand elle se présente. » — Katie Ward

Nous sommes : Katie Ward (chorégraphe-danseuse), Paula Walta (chorégraphe-danseuse), Kim-Sanh Châu (danseuse), Aida Guirro Salina (danseuse), Jodee Allen (espace numérique et diffusion en direct) Gabrielle Couillard (Sonorisatrice –  solutions télématique et effets sonores additionles), Yolande Laroche (compositrice), Babsie Van Aalderen (concepteur lumière), Mairead Filgate (directrice de répétition), Marie-Claire Forté (soutien artistique), Öykü Önder (lumière), Felice Parqui (son), Marte Bosma (internet et vidéo), et Gerda van de Kamp (production).

Nous nous rejoignons de chaque côté de l’océan – en nous connectant par nos mouvements, nos sens, nos câbles en fibre optique, notre libido, nos ondes Internet, notre chair, nos écrans, notre écoute sincère, notre sang, nos os et nos microphones. Les spectateurs sont invités à ressentir et à imaginer ces multiples points de vue et conduits de connexion.

Katie Ward développe des pratiques d’imagination basées sur la partition pour le spectacle vivant, qui explorent des hiérarchies horizontales et des cadres spécifiques pour une expression autodirigée avec ses collaborateurs. Le travail de Katie Ward examine la cocréation sans fin entre l’imagination et la réalité. Ses œuvres invitent les interprètes et le public à s’abandonner au changement, au flux et à la spontanéité. L’invention et l’imagination sont au cœur de ces processus.

Les projets récents de la CKW s’inspirent directement de la danse et de la chorégraphie, plus précisément des œuvres : Anything Whatsoever (2020), imaginationreality (2019), Human Synthesizer (2017), Infinity Doughnut (2014) et Rock Steady (2010). Ses autres projets incluent Vagabond Body, Machine for Really Real Imaginaries, Matière Grise, Imagination Installation – ces travaux ont eu lieu dans des galeries, sur des émissions de radio et dans d’autres espaces non conventionnels. En 2018, Katie a obtenu un master en pratiques théâtrales de l’université d’Artez (Arnhem, Pays-Bas).

Avec l’artiste Pieter van de Pol en 1996, la chorégraphe Paula Walta a fondé la Stichting Beeldend Danstheater Telder, dont les œuvres mêlent les disciplines de la danse et des arts visuels. Telder présente principalement des œuvres in situ dans des lieux autres que des théâtres, lors de festivals, ainsi que dans des galeries et des musées. Actuellement, Telder cherche des moyens d’ouvrir son processus au public – de faire un espace pour l’action créative elle-même dans la performance pour un large éventail d’interprètes et de disciplines, et de rester ouvert à la recherche artistique et aux résultats imprévus.

Remerciements: Matra Lab, AXENÉ07, DAIMON, the Canada Council for the Arts, la Machinerie des Arts, Provincie Gelderland, Gemeente Arnhem and Prins Bernhard Cultuurfonds.

On October 21-23 2021, AXENÉ07 will open it’s doors to welcome spectators to Dream Room by Compagnie Katie Ward. Presented during the Biennial – PERF (Ré)agir / (Re)act, Dream Room benefitted from a residency at AXENÉ07, it is the outcome of a collaboration between Compagnie Katie Ward, led by Katie Ward (Montréal, Québec) and Beeldend Danstheatre Telder, led by Paula Walta (Arnhem, Pays-Bas).

In gallery presentations
(free admission, free parking, cash bar):
Oct. 21, 2021 — 6PM
Oct. 21, 2021 — 6PM
Oct. 23, 2021 — 11AM and 2PM
Book here

If you want to watch the show live, here are the dates and links for the webcast:

October 21, 2021 – 6:00 pm

October 22, 2021 – 6:00 pm

October 23, 2021 – 11:00 am

October 23, 2021 – 2:00 pm

The performance will be presented simultaneously in The Netherlands, in Gatineau (Québec), and also live streamed on Youtube.

About Dream Room

Performed by two dancers in Quebec and two in The Netherlands, Dream Room is a weird composite, like a science fiction story that blends spoken text derived from imagery, music, non-linear video capture, projection and live-streaming. This choreography offers multiple points of view, we wish to create a « dream room » beyond time and space in which spectators are invited to contemplate and imagine.

‘We think of the body as a place where the forces of the world are felt. As we sense our bodies, we feel the joy, the violence, and the wonder contained within. As we begin to dance, we close our eyes and feel these forces. We dance images found in our bodies such as wolves, fatigue from the pressure of productivity, flying, a punch to the stomach… We dream with our eyes open, navigating through infinite felt senses, welcoming the laughter as much as the fear when it presents itself.’ – Katie Ward

Following the declaration of feminist philosopher researcher – Rosi Braidotti ‘The myth of Woman is now a vacant lot where different women can play with their subjectivity’. This performance weaves together the personal and subjective contributions of the members of our team. Each offering shapes the ever-changing dance-assemblage called Dream Room.

We are: Katie Ward (choreographer-dancer), Paula Walta (choreographer-dancer), Kim-Sanh Châu (dancer), Aida Guirro Salina (dancer), Jodee Allen (digital space and live broadcasting) Gabrielle Couillard (Sound mix and design and live and over the internet & additional sound effects), Yolande Laroche (composer), Babsie Van Aalderen (light designer), Mairead Filgate (rehearsal director), Marie-Claire Forté (artistic support), Öykü Önder (lighting), Felice Parqui (sound), Marte Bosma (internet and video), and Gerda van de Kamp (production).

We join from across the ocean – connecting via our movement, senses, fiber optic cables, libido, internet waves, flesh, screens, heartfelt listening, blood, bones and microphones. Spectators are invited to sense and imagine these multiple viewpoints and conduits for connection.

Katie Ward develops score-based imagination practices for live performance, which explore flattened hierarchies and specific frameworks for self-directed expression for collaborators. Katie’s work examines the never-ending cocreation between imagination and reality. Her works invite performers and audience to surrender to change, flow, and spontaneity. Invention and imagination are at the core of these processes.

CKW’s recent projects draw directly on dance and choreography, specifically the works: Anything Whatsoever (2021), imaginationreality (2019), Human Synthesizer (2017), Infinity Doughnut (2014), and Rock Steady (2010). Other projects include Vagabond Body, Machine for Really Real Imaginaries, Matière Grise, Imagination Installation – these works took place in galleries, on radio broadcasts and in other non-conventional spaces. In 2018, Katie obtained a Master of Theatre Practises from Artez University (Arnhem Netherlands).

Together with artist Pieter van de Pol in 1996, choreographer Paula Walta founded Stichting Beeldend Danstheater Telder, whose works blend the disciplines of dance and visual art. Telder presents mainly site-specific work in non-theatre venues, during festivals, and in galleries and museums. At the moment, Telder is looking for ways to open their process to the audience – to make a space for the creative action itself in performance for a wide range of performers and disciplines, and to stay open to artistic research and unforeseen outcomes.

Many thanks to: Matra Lab, AXENÉ07, DAIMON, the Canada Council for the Arts, la Machinerie des Arts, Provincie Gelderland, Gemeente Arnhem, and Prins Bernhard Cultuurfonds.